Sans jamais l'obtenir donc, disais-je. Ou au moins partiellement, mais alors, il n'est forcément plus ultime. Parfois c'est juste l'envie de ne pas atteindre cette perfection faite objet, que de convoiter quelques appareils dont on sait qu'ils ne sont pas aboutis.
En ce moment, j'ai l'oeil alpagué par le dernier objet design de Sony, le Mylo (My Life Online, signature qui convient étrangement alors, aussi à ce blog).
J'ai été aspiré par la SF depuis très jeune, et déçu par la non existence des voitures volantes en l'an 2000, il fallait au moins que je pusse profiter de quelques artefacts tout droit sortis de l'imagination de quelques écrivains américains des années cinquantes, ou des dessinateurs japonais des années 90. Ayant maintenant en réflexe inhérant à mon âge, l'utilisation d'internet (et sans plus me poser la question de savoir comment correctement le nommer), j'avoue ne pas trop pouvoir m'en passer. Non pas parce que je suis un news-junky/online community slave (ne cherchez pas ce dernier terme sur google, je l'ai inventé, vous n'y trouveriez guère plus que du porn), mais juste parce que je considère ça comme indispensable. Tout comme les voies pavées romaines modifièrent notre façon de circuler et donc d'abolir les distances, comme l'EU a aboli les frontières des pays qui la compose, et comme le gsm eu aboli la facilité avec laquelle on peut légitimement réveiller quelqu'un à des heures indues, internet, et l'informatique de manière générale m'a permis d'externaliser mes intérêts, ma mémoire, mes données. Ces derniers jours, j'utilise presque trop blogmarks.net, enregistrant méthodiquement la moindre page web digne d'intérêt, imaginant vaguement qu'elle en aura encore dans cinq ans, et fermant les yeux sur l'éventualité que mon compte devienne un bordel monstre d'ici là.
De toute façon, ça ne sera pas sur mon pc. Et ça me rassure, parce que perdant plus facilement mes fichiers que mes souvenirs, maintenant, je ne veux plus craindre ce genre de choses. J'externalise grâce aux services web, je réduis mon propre rôle pour moi même. Si je formattais mon disque-dur, ça ne serait plus une grosse perte. Et c'est de plus en plus le cas. Les éléments qui me compose sur internet, je les confie volontier à qui sais s'en occuper, en gros. Mais je veux aussi pouvoir y accéder dès que l'envie m'en prend. Et là arrive le problème principal du geek. Ou de L'homme Moderne (vieux catalogue remplis de trucs plus inutiles les uns que les autres, mais dont l'appelation prend ici tout son sens).


Il me faut et d'une, un appareil qui me permette de me connecter à ces services web, de modifiers mes données, ou au moins d'en profiter, tout en ayant une autonomie suffisante pour que je puisse ne pas m'inquiéter des journées trop longues. Et de deux, la possibilité d'utiliser cet appareil sans que ça me coûte trop cher. Ce qui me fait bien rire, c'est cette façon qu'à Sony de dénigrer ces offres "appareil + accès" dans la promotion de leur Mylo. Là, les choses sont implicites : "Vous ne payez rien, et c'est génial (donc démerdez vous pour vous connecter) !". J'avais, un temps, considéré l'offre de Ten Mobile, pour un Qtek, deux heures par mois, avec mail et messenger illimité. Le prix de l'appareil était attirant. L'abonnement tout autant. Puis je me suis dit que de toute façon, mes journées en formation ne me permettraient pas d'en profiter.
Car ça n'est pas la quête de l'appareil ultime, ou au moins de celui qui est le plus plaisant à utiliser (en cela, leur Mylo, ça n'est guère plus que ce que la PSP peut faire, moins ce qu'elle ne sait pas bien faire : Les jeux bien funs), non.
C'est bêtement le style de vie qui convient à cet appareil. Et ce style, je ne l'ai pas encore. J'essairais de le cerner dans les jours à venir, pour voir si le Mylo vaut la peine que je le convoite.
Au mieux, j'oublierais, et je ferais quelques choses de plus intéressant.